Découvrez ! Guatemala

découvrez LES SECRETS DU VETEMENT MAYA

11 septembre 2016
Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-textile-15

Read in: English

Cet article a mis du temps à naître, j’ai été en effet un peu déconcertée en constatant qu’aujourd’hui très peu de Mayas eux-mêmes connaissent la signification des symboles qu’ils portent sur leurs vêtements. La plupart du temps, on me répondait simplement que c’était l’héritage de leurs ancêtres, ou encore les motifs que leurs parents leurs avaient transmis. J’ai du donc interroger beaucoup de personnes afin de creuser un peu sur le sujet des symboliques du vêtement traditionnel maya d’aujourd’hui. Voici ce que j’ai pu découvrir, transmis par les habitants eux-mêmes:

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-1La tenue traditionnelle de Xela: elle est composée du huipil orné de représentations géométriques de l’oiseau emblématique du Guatemala, le Quetzal. Les couleurs du huipil sont le jaune, rouge, violet et noir, inspirées des 4 couleurs de maïs qui poussent dans la région de Xela. On retrouve ces mêmes couleurs sur la bande brodée sur le huipil, appelée «randa». A l’encolure sont brodées les fleurs qui poussent dans la région. L’écharpe que la jeune femme porte sur son épaule s’appelle la «peraje». Selon qu’elle la porte sur l’épaule droite ou gauche, cela signifie qu’elle est mariée ou célibataire.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-5La coiffure traditionnelle de Xela, portée ici par «Reyna Indigena», est faite d’un immense ruban enroulé sur lui même. Le ruban mesure 20 mètres, correspondant aux 20 jours qui composent le cycle d’un mois dans le calendrier Maya.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-2Quasi toutes les femmes indigènes du pays se coiffent avec des rubans ou de longues étoffes de soie qu’elles enroulent ou tressent dans leurs cheveux. Cette coiffure fait référence a celle de la déesse Ixchel, Déesse de la lune et du tissage, représentée avec un serpent enroulé dans ses cheveux. Le ruban évoque donc le serpent, symbole de l’intelligence dans la mythologie Maya.Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-3A Chichicastenango, un village du Guatemala, le huipil traditionnel est composé de 4 parties brodées, représentant les 4 saisons du calendrier Maya. Tout autour de l’encolure est brodé un soleil. Si une femme du village venait à perdre son mari, elle portera son huipil sans broderie car elle aura perdu son soleil…je vous laisse chercher quelque chose d’aussi poétique dans notre vestiaire européen.Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-4A Todos Santos, un village incroyable perdu dans les montagnes des Hautes Terres du Guatemala, les hommes et les femmes sont vêtus avec le costume traditionnel. Si la broderie du huipil de cette femme avait été identique à celle du col de cet homme, cela aurait signifié qu’ils sont mariés.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-6Passons aux motifs de broderie et de tissage. A gauche, les triangles sur le huipil de cette femme de Santa Cruz La Laguna représentent les volcans et montagnes qui peuplent les paysages autour de son village. A droite, sur les étoffes venant de Chichicastenango, les motifs de chevrons avec les triangles représentent le Dieu Gucumatz, ou le «serpent à plumes». Il est très souvent représenté sous forme de zigzag et chevrons dans beaucoup de tissage et broderies, connu comme étant le Dieu créateur du monde Maya.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-7A gauche, sur un huipil venant de Huehuetenango, les losanges sont les symboles de la terre cultivée, les croix représentent les 4 vents ou les 4 points cardinaux. Les lignes et pointillées font référence aux sillons de culture dans les champs et à la pluie. A droite, sur un huipil venant cette fois de San Martin, le tissage représente des étoiles, l’astre de la lumière qui nous guide dans la nuit.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-8On passe à présent à l’un des motifs les plus courants: les oiseaux. Considérés comme les messagers entre le ciel et la terre, ils sont portés autant par les hommes que par les femmes. Le plus représenté, c’est le Quetzal, l’emblème du pays que l’on trouve également sur le drapeau officiel.Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-10Moineaux, canards, perroquets, poules, dindes, paon, hibou…tous les types d’oiseaux ont leur place sur les vêtements. Le hibou symbolise la mort et la destruction, les colombes sont considérées comme les Reines du Paradis. Beaucoup d’autres oiseaux sur les vêtements n’ont pas de symbolique particulière mais s’inspirent des oiseaux rencontrés dans le pays.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-9A gauche, l’aigle bicéphale représente le Dieu Kablicok, symbole de la dualité entre le bien et mal. A droite, la chauve souris brodée dans le dos de cet habitant de Solola est signe de protection.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-11Pour ce qui est des chiens, chats et chevaux, fréquents aussi dans les ouvrages, ils ne sont que d’influence coloniale. Ils ont en effet été introduit dans le pays avec l’arrivée des conquistadors Espagnols.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-guatemala-maya-symbol-12Enfin, à gauche, sur un ouvrage typique de Santa Catarina Palopo, le cerf symbolise le renouvellement avec sa ramure assimilée à l’arbre de la vie. Les silhouettes humaines sont aussi fréquentes comme à droite, elles représentent souvent les fermiers travaillant dans les champs coiffés de leur chapeau pour se protéger du soleil.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply