Guatemala Les histoires

l’histoire du workshop TRAMATEXTILES

11 septembre 2016
cathy-amouroux-wear-you-from-guatemala-tramatextiles

Read in: English

Pour ce workshop avec Trama Textile dans la ville de Xela, je voulais faire les choses vraiment bien. Je savais que j’allais travailler avec des artisanes au talent redoutable, alors pas question de venir les mains vides. J’ai pensé un motif inspiré des motifs traditionnels maya. J’ai choisi le chevron, symbole du « serpent à plumes », Dieu de la création de la terre dans la mythologie Maya. J’avais aussi envie depuis un moment de travailler un motif avec un dégradé de couleurs, particulièrement dans les nuances de bleu, une couleur qui m’a toujours fait de l’oeil. Après plusieurs recherches d’imprimés et de formes de vêtements, j’ai débarqué chez Trama Textiles avec mes dessins, mes motifs et les patrons des vêtements.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-1

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-2

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-3

Sur place, l’une des missions les plus dures a été de trouver les bonnes couleurs de fils pour réaliser le dégradé en tissage. Le chalenge c’était surtout de trouver des fils de qualité qui ne déteignent pas au lavage. J’ai fini par trouver mon bonheur dans le village voisin, Salcaja, dont toutes les rues débordent de boutiques de fils à tisser.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-4

Puis j’ai du laisser mon «bébé» entre les mains expertes des tisseuses après avoir bien vu avec elles tous les détails techniques. Tout devait être extrêmement clair car toutes les tisseuses ne savaient pas lire. J’ai du patienter ensuite quelques jours pour voir le premier essai. Je n’ai pas pu voir le processus de tissage car les femmes tissent dans leurs familles dans des communautés parfois très éloignées. J’ai tout de même été invitée à me déplacer chez l’une d’elles pour valider l’essai avant d’entamer la suite. Je suis allée chez la fille d’Amparo, la Présidente de l’association. Là, j’ai rencontré la mère de la tisseuse qui avait travaillé sur l’essai, Juana Perez Vàsquez.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-5

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-6

Première étape, gros suspens quand j’aperçois l’ouvrage enroulé dans ses bras. Deuxième étape, sueurs froides quand elle commence à le dérouler. Troisième étape, émerveillement quand je découvre l’ouvrage splendide, réalisé avec une précision et minutie qui comblaient tous mes espoirs.

cathy-amouroux-tramatextile-guatemalaJuana ne parlait pas espagnol mais le «Mam», la langue maya de sa région. On nous a donc aidées pour traduire nos paroles, convenir de la suite du projet et lancer la totalité des pièces.

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-8

J’ai attendu ensuite quelques semaines avant que tout ne soit tissé. En tout, 5 tisseuses ont été mobilisées pour le projet. Même si j’étais sûre de la qualité de leur travail, j’étais tout de même soucieuse du délai qui était plutôt court. Il faut aussi savoir que ces femmes travaillent dans des conditions difficiles, parfois sans électricité. Juana nous avait dit qu’il était difficile pour sa fille de travailler car elle avait mal aux yeux et devait tisser en fonction de la lumière. Mais finalement un beau matin, je suis arrivée à l’association et tout le tissu était là. Quelle joie! A présent, place à la couture…

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-10

Cathy-Amouroux-wear-you-from-tramatextiles-story-9

Et pour voir toutes les pièces réalisées, c’est par ici!!

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply