Nouvelle-Zélande Rencontrez !

rencontrez CATHY, TISSEUSE MAORI

10 septembre 2016
maori weaver cathy amouroux wear you from

Read in: English

J’ai rencontré Cathy au musée de Rotorua lors d’une exposition dédiée au tissage. Elle y présentait l’une de ses créations, un châle ou «Tarapouahi» en maori, fait de fibres de flax et de plumes. Cathy pratique le tissage traditionnel maori depuis 14ans. Son mari, Jim, travaille dans la restauration des marae. Il est lui aussi un artiste reconnu souvent appelé à travailler sur des projets aux quatre coins du pays. Lors de notre rencontre, j’ai expliqué à Cathy mon envie d’en connaître plus sur les techniques de tissage maori. Elle m’a alors invitée à passer un après-midi chez elle pour m’enseigner quelques bases et me présenter son travail.

maori weaver cathy amouroux wear you from

maori weaver cathy amouroux wear you from

A peine arrivée, j’ai adoré sa maison, située tout près d’un immense lac aux alentours de Rotorua. Dans son jardin, la flax pousse partout et ses créations sèchent suspendues à l’étendoir à linge. Son atelier est installé en plein air protégé par les arbres. Plusieurs marmites et une baignoire y sont installées, destinées à la teinture de la flax. Derrière coule un petit ruisseau où elle rince ses créations après la teinture.

maori weaver cathy amouroux wear you from

Plus tard dans l’après-midi, Cathy m’a montré une base de tissage en feuilles de flax. Nous avons donc commencé par couper ensemble quelques feuilles dans son jardin. Mais attention, pas n’importe comment, en suivant la fascinante tradition maori. Chaque feuille de flax pousse de la même manière: la plus jeune feuille, l’enfant, pousse au centre protégée de part et d’autre par ses parents. Les parents eux-mêmes sont protégés par les grands-parents, puis ainsi de suite. On coupera alors toujours les plus anciennes générations de feuilles en veillant toujours à laisser l’enfant entouré de ses parents. Nous avons ainsi récupéré plusieurs vieilles générations pour commencer notre ouvrage.

maori weaver cathy amouroux wear you from

Ensuite, il fallait diviser chaque feuille dans sa longueur en parts égales. Puis, assouplir chaque partie à l’aide d’une lame de ciseau, exactement comme on le fait avec les rubans d’emballage cadeaux. Cette étape permet de rendre la feuille plus souple et plus facile à tisser. Vient enfin le tissage. La technique de base consiste à faire passer les feuilles les unes en dessous des autres à la manière d’un quadrillage. Cette technique semble simple au premier abord mais s’avère beaucoup plus compliquée lorsqu’il s’agit de maintenir les feuilles bien serrées entre elles. Après patience et persévérance, j’ai finalement réussi à créer mon premier petit panier en feuilles de flax. La photo finale a été prise quelques jours plus tard lorsque les feuilles ont commencé à sécher et à changer de couleur. C’est la technique la plus simple de tissage. Les variantes sont infinies et permettent des créations remarquables. Merci encore Cathy pour ce superbe après-midi et ces belles découvertes.

maori weaver cathy amouroux wear you from

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply